Comment repérer une personne âgée en souffrance et quelles attitudes avoir face à elle ?

« À quoi bon continuer comme ça ? Je ne sers plus à rien, je suis trop vieille pour recevoir ma famille, et mes amies sont mortes, je suis fatiguée de la vie. Vous serez mieux sans moi. » La souffrance suicidaire des personnes âgées peut s’observer à travers leurs discours, dans l’expression de sentiments d’inutilité et d’incapacité, mais également dans leurs comportements. Le désinvestissement des activités et des relations, l’indifférence, la régression, les troubles de l’alimentation et du sommeil, des plaintes diverses et répétées, le refus de soins, le don d’objets personnels, les adieux aux proches, la mise en ordre des affaires sont quelques-uns des signaux d’alerte à ne pas banaliser. C’est l’accumulation de ces signes ainsi que la présence d’évènements difficiles passés et/ou présents qui nous orientent vers la possibilité d’un geste suicidaire chez les aînés.

Si le doute vous envahit concernant la présence d’idéations suicidaires chez une personne âgée, n’hésitez pas à lui demander directement si elle pense au suicide. Cela aura pour conséquences que celle-ci se sente comprise et reconnue dans ce qu’elle vit. En effet, quoi de plus normal que d’être submergé par l’angoisse face à la détresse d’un senior. Notre première réaction serait sans doute de réconforter, et d’envisager un futur meilleur, or, ce discours habituel ne convient pas et laisse place à une fuite. Face à un senior en grande souffrance au point de vouloir mettre fins à ses jours, notre intervention aura pour objectif de maintenir les liens affectifs, créer un lien de confiance, écouter la souffrance et le désespoir, favoriser l’expression des émotions, valoriser sa capacité à faire face aux évènements de la vie, favoriser sa capacité à demander de l’aide, comprendre sa situation actuelle, parler ouvertement de son désir de mourir et s’intéresser à ses raisons de vie. Le senior a besoin de se sentir écouté, et ce, quel que soit son état physique. Il est important de lui donner l’opportunité de s’exprimer même si ses désirs ne sont pas réalisables (retour au domicile).

De plus, il importe de s’assurer que la personne âgée ne souffre pas de dépression, de douleur ou d’une déficience sensorielle et que celles-ci soient correctement traiter. Enfin, il est recommandé de rechercher du soutien spécialisé pour la personne qui souffre, et pour vous-même s’il vous semble que la situation le nécessite.

Contact utile :
« Un pass dans l’impasse »
Centre de prévention du suicide et d’accompagnement
081/777.150 - info@lesuicide.be