L’intégration sociale des personnes âgées

Le maintien des liens affectifs et sociaux est un facteur qui permet à la personne âgée de sortir de l’isolement. Il joue un rôle essentiel dans la prévention de la dépression et du suicide chez les seniors.
Il ne faut surtout pas négliger le rôle du monde associatif dans cette prévention qui demande un vrai travail d’équipe entre les différents intervenants ainsi que la mise en place de stratégies adaptées. Les associations doivent veiller à favoriser le bien-être et l’épanouissement des seniors ainsi qu’à promouvoir leur intégration sociale.
 
Premièrement, nous contribuons à maintenir ces liens affectifs et sociaux à travers des actions de proximité (ateliers de gym pour seniors, de yoga, d’initiation à l’informatique, d’écriture créative, etc.)  et grâce à la mise en place de groupes de soutien, de paroles ou d’entraide (les Alzheimer cafés, les groupes de soutien à la gestion du deuil ou ceux destinés aux aidants proches). 
 
Deuxièmement, nous proposons des lieux de participation sociale et citoyenne comme des ateliers de réflexion et d’échanges, par exemple par l’écriture où l’on partage ses propres créations, donne et reçoit des conseils et des idées. Il y a également des comités locaux, des conseils consultatifs communaux des aînés (CCCA) ou encore des volontariats : les Papys & Mamys Conteurs vont conter aux enfants en milieu hospitalier ou les Troubadours se rendent faire la lecture aux aînés résidant en maison de repos.
 
Troisièmement, nous pouvons et nous devons, dans le milieu associatif, organiser et soutenir des actions d’information, de sensibilisation et de prévention à destination des seniors mais aussi des professionnels qui accompagnent les personnes âgées au quotidien. Ce fut le cas cette année avec le projet de sensibilisation au suicide de la personne âgée que nous menons avec Un pass dans l’impasse.
 
Enfin, il est important de sensibiliser le tout public aux stéréotypes liés à l’âge qui influencent l’exclusion sociale des aînés. Dans nos sociétés qui prônent la productivité, la rapidité, le cours terme : n’avons-nous pas aussi à apprendre de l’expérience de vie des personnes âgées ?   Plutôt  que de leur demander qu’elles s’adaptent au rythme actuel, ne devrions-nous pas faire, nous aussi, le travail de nous adapter à leur propre rythme ? Voilà donc des questions que nous devrions tous nous poser…
 
Contact utile :
« Espace Seniors »
Association partenaire de Solidaris – Mutualité Socialiste