Aménagement du domicile : quelques conseils pour éviter les chutes !

Le vieillissement et les problèmes de santé qui peuvent en découler confrontent les personnes âgées à l’augmentation de la dépendance, voire à la perte d’autonomie. La chute est l’accident domestique le plus fréquent chez les personnes âgées. Il ressort des statistiques que 25 à 35% des seniors de 65 ans et plus vivant à domicile font au moins une chute chaque année. Parmi ceux-ci, près de la moitié font deux chutes ou plus en une année et le risque de chute augmente avec l’âge.
 
En effet, avec l’âge, la vue diminue, tandis que l’équilibre devient incertain: diminution de la perception sensorielle, de la coordination, troubles de la motricité, dysfonctionnement de l’oreille interne, arthrose, prise de médicaments, diminution de la force musculaire… Les chutes des personnes âgées sont des évènements multifactoriels qui résultent de l’addition de différents facteurs de risque, avec une augmentation linéaire du risque de chute avec le nombre de facteurs de risque .
 
Les conséquences des chutes sont très diverses. Parfois, elles se limitent à une éraflure ou à un hématome; dans d’autres cas, les conséquences peuvent être plus importantes (entorse, fracture, commotion cérébrale, etc). La fracture de la hanche est la blessure la plus commune, elle est aussi la cause la plus importante d’hospitalisation par suite de blessures chez les personnes âgées.
 
Certaines blessures  entraînent une perte de la mobilité et de l’indépendance avec parfois des conséquences négatives sur le moral : la personne perd confiance en elle, a sans cesse peur de retomber. C’est ce que l’on appelle le « syndrome post-chute » : la peur de rechuter peut entraîner une restriction de l’activité . Cette diminution de l’activité engendre une perte des automatismes posturaux (réflexes nécessaires au maintien de l’équilibre) permettant la position correcte du corps et favorise, ainsi, une nouvelle chute.
 
Pour toutes ces raisons, il est primordial de prévenir, autant que faire se peut, ce type d’accidents en adoptant des comportements plus sûrs et en examinant sa maison avec un œil critique pour y repérer tout ce qui pourrait diminuer les risques de chutes. Il est possible aussi de demander conseil à un ergothérapeute spécialisé en aménagement du domicile (les mutualités et les centres de coordination de soins, entre autres, offrent ce type de service). C’est une question de sécurité mais aussi une garantie de plus grand confort : l’ergothérapeute suggère des solutions d’adaptation du lieu de vie en fonction des besoins et des difficultés.
La prévention des chutes passe également par l’adoption d’une bonne hygiène de vie. Bien manger et demeurer actif permet de rester plus longtemps en bonne santé et favorise le maintien de l’équilibre. La sédentarité, un régime alimentaire mal équilibré, le tabac et l’alcool ont, en effet, des conséquences sur la santé et augmentent les probabilités qu’une chute se produise avec des conséquences plus graves (probabilité supérieure de fracture).
Il importe aussi d’être vigilant concernant les effets secondaires possibles de certains traitements médicamenteux. S’ils peuvent causer étourdissements et somnolence, il sera judicieux de prévoir ses activités en conséquence pour éviter les chutes. Bien entendu, il est déconseillé de mélanger l’alcool et les médicaments. Consommé seul ou combiné à des médicaments, l’alcool peut entraîner des chutes.
 
Adapter son lieu de vie pour éviter les chutes et les accidents permettra de vivre le plus longtemps possible à domicile, avec une bonne qualité de vie. Dans ce cadre, une série de petits conseils peuvent être mis en œuvre :
 
 
Le déblayement du passage                                                                   
Dégager l’espace nécessaire pour se déplacer sans danger dans chacune des pièces et pour passer d’un endroit à l’autre du logement. Ceci, tant pour éviter de provoquer les chutes que de supprimer les situations où l’on peut se cogner et se faire mal. Il est, en effet, important de disposer de suffisamment d’espace pour se déplacer avec ou sans aide matérielle (rollator, canne à pieds multiples, fauteuil roulant, etc.). Il est donc prudent d’enlever les éléments qui peuvent obstruer le passage.
 
 
Le risque de glisser ou de trébucher                                                       
Enlever les tapis, carpettes et descentes de lits qui peuvent provoquer des chutes. Si il n’est pas possible de les supprimer, il est conseillé de les fixer solidement (colle ou anti-dérapant) ;
Fixer les câbles électriques des lampes, télévisions et autres appareils aux murs et/ou aux plinthes ;
Insérer les paillassons dans un espace prévu à cet effet dans le sol ;
Disposer un revêtement antidérapant dans le fond de la baignoire ou de la douche ;
Essuyer immédiatement les buées d’eau ou les déversements sur le plancher.
 
Les différences de niveau
Eviter les marches ou les dénivellations au sol dans le domicile et sur le chemin pour y accéder ;
Rendre les différences de niveau plus visibles grâce à un trait de peinture ou à un ruban autocollant de couleur ;
Adapter, si possible, les différences de niveaux avec un système de passerelles.
 
Les rangements                                                                                       
Mettre les objets usuels à portée de main dans les endroits facile d’accès. Il est déconseillé de placer des objets en hauteur
Placer les objets lourds au milieu des rangements et en bas des rangements si l’on dispose d’aide pour les déplacer.
 
La luminosité : veiller au bon éclairage de la maison                            
Un bon éclairage partout dans la maison est essentiel et permet de se déplacer avec moins de danger: il est plus facile de repérer les objets auxquels on pourrait se cogner. Une bonne lumière est importante dans toutes les pièces et il faut absolument éviter de se déplacer sans allumer. Augmenter la puissance des ampoules électriques a une influence minime sur la facture d’électricité. Il ne faut donc pas hésiter à utiliser des ampoules de 75 ou 100 watts.
 
Il est conseillé d’installer une lampe de chevet dans la chambre pour ne pas se déplacer dans le noir jusqu’à l’interrupteur. Il importe de disposer d’assez d’interrupteurs installés aux endroits adéquats afin d’éviter de devoir traverser la pièce pour allumer.
 
A certains endroits comme la chambre ou la salle de bain, il est utile d’installer un éclairage de secours en cas de panne de courant. Les blocs de secours sont plutôt réservés aux bâtiments neufs mais il existe des luminaires avec une batterie intégrée qui basculent automatiquement sur celle-ci en cas de coupure d’électricité.
 
Les lampes qui s’allument automatiquement lorsque la nuit tombe ou lorsqu’elles détectent un mouvement seront particulièrement indiquées aux alentours de la maison, le long du chemin pour arriver à la porte d’entrée et près de cette porte d’entrée pour trouver facilement la serrure et bien distinguer les marches éventuelles.
 
 
Le téléphone                                                                                           
Instrument indispensable pour appeler à l’aide en cas de besoin :
 
Emporter le téléphone avec soi lorsqu’on se déplace afin d’éviter de devoir se presser pour répondre ;
Programmer les numéros utiles (ceux des urgences, des amis, de la famille ou des voisins) à l’avance.
 
Les serrures et poignées                                                                         
Installer plusieurs serrures différentes qui s’ouvrent avec la même clé est une bonne façon d’éviter les trousseaux trop remplis et les ennuis en cas de perte ;
Les serrures qui peuvent s’ouvrir de l’extérieur, même quand une clé se trouve à l’intérieur, sont utiles. En cas de chute, quelqu’un pourra ainsi entrer pour aider ;
Les poignées fixes sont plus sécurisantes que les poignées qui tournent, ces dernières présentant un risque de perte d’équilibre.
 
Les escaliers
C’est une zone dangereuse qui mérite quelques précautions :
 
Installer une main courante du côté du mur en plus de la rampe ;
Placer un interrupteur en haut et en bas des escaliers afin qu’ils soient bien éclairés ;
Fixer des bandes autocollantes antidérapantes (en vente dans les magasins de bricolage) au bord de chaque marche ;
Peindre les dernières marches du haut et du bas dans une autre couleur que les autres, pourquoi pas fluorescente, pour mieux les distinguer ;
Bien fixer le tapis (colle) si l’escalier est recouvert d’un tapis ;
Ne jamais se presser en montant ou descendant les escaliers.
 
Le transport des objets                                                                            
 
Garder une main libre quand on porte des objets : il est plus facile de se rattraper à un meuble ou de s’appuyer à un mur en cas de perte d’équilibre ;
Demander de l’aide lorsqu’il s’agit d’objets plus lourds ou plus encombrants ;
Utiliser une table à roulettes.  
 
Les chaussures                                                                                        
Eviter de circuler en bas ou en chaussettes ;
Eviter les mules ou n’importe quel type de pantoufles ouvertes à l’arrière ; 
Porter des chaussures d’intérieur ou d’extérieur, avec une semelle solide et antidérapante, qui englobent bien le pied et si possible fermées par des velcros ou des lacets.
 
Les barres d’appui                                                                                   
 
Fixer des poignées d’appui : il s’agit de poignées fixées aux murs et auxquelles on peut s’accrocher pour s’asseoir ou se relever : utiles dans la salle de bain et près des toilettes. Rien n’empêche d’en ajouter à des endroits où l’on pourrait avoir besoin d’une sécurité : dans la cuisine, près d’un fauteuil, près du lit,… Elles seront également pratiques sur les murs qui longent les escaliers pour entrer dans une maison. Eviter les barres à ventouse qui peuvent lâcher au dernier moment!
 
Les clés                                                                                                   
Donner un jeu de clé à une personne de confiance qui pourra venir aider en cas de problème ;
Ne jamais laisser les clés dans la serrure à l’intérieur du domicile afin qu’en cas de besoin, un proche puisse entrer avec son jeu de clé.
 
La biotélévigilance                                                                                 
Penser à s’abonner à un système de télé-assistance qui, en cas de chute, d’accident ou de malaise, permet d’appeler rapidement à l’aide. Le principe? En cas de problème, appuyer sur le bouton d’un émetteur porté autour du cou ou du poignet déclenche un signal dans un centre d’urgence ou chez une personne choisie (un membre de la famille, un voisin, etc.). Quelqu’un passera alors pour voir ce qui se passe. L’alarme peut être déclenchée à tout moment du jour et de la nuit, 7 jours sur 7. Au cas où les personnes de référence ne sont pas disponibles, la centrale d’urgence appelle alors la police ou les pompiers. Les mutuelles et les communes peuvent donner des renseignements à ce sujet.
 
L’ascenseur d’escaliers                                                                           
Il s’agit d’un investissement important et il est judicieux de demander un conseil avisé avant de prévoir un tel aménagement. Mais l’avantage de pouvoir continuer à utiliser à moindre risque une partie de la maison et de ne pas avoir le sentiment de devoir restreindre ses habitudes est également à prendre en considération.
 
MAIS AUSSI il importe de prendre son temps lorsque l’on se lève de son lit ou de son fauteuil afin d’éviter les étourdissements ;
ne pas oublier d’enlever ses lunettes de lecture et mettre ses lunettes de vue lorsque l’on en porte lors de tout déplacement ;
marcher à son propre rythme ;
demander de l’aide pour les tâches les plus difficiles avec risque accru de chute.
ET SI L’ON TOMBE…
 
Prendre son temps et ne pas se précipiter ;
Tenter, si possible, de se mettre à « quatre pattes » en prenant appui sur les avant-bras et se hisser en se tenant à un appui (rampe, main courante, chaise, etc.) ;
Utiliser le système de biotélévigilance ou appeler directement un proche pour avoir de l’aide. 
Pour information, il existe des ateliers de prévention des chutes organisés par l’asbl gymsana. Chaque séance est constituée d’exercices physiques aussi bien en position debout que assise complétés d’exercices pour la mémoire. Outre le maintien de l’équilibre, ces exercices visent à contrer les effets néfastes de la sédentarité et du vieillissement des personnes âgées. (lien vers site gymsana ou s’académie) 
 
 
Sources :
Conseils spécial seniors pour éviter les chutes
http://www.e-sante.be/conseils-special-seniors-pour-eviter-chutes/actualite/675
 
La chute : première cause de perte d’autonomie
http://www.le-maintien-a-domicile.fr/conseils-amenagement/prevenir-chute.php
 
La prévention des chutes adaptée aux personnes âgées : quelques conseils pratiques
http://www.generationplus.fr/Sante-et-bien-etre/Prevention-Accidents-de-la-vie-courante/prevenir-les-chutes-des-conseils-qui-tombent-bien.html
 
MENDES DA COSTA Elise & LEVEQUE Alain, Les chutes chez les personnes âgées de 65 ans et plus vivant à domicile à Fontaine l’Evêque, Belgique, ULB – ESP – Educa Santé asbl, Septembre 2008. http://homepages.ulb.ac.be/~aleveque/epitraumac/pdf-ppt/rapport_chutes_EMDC_AL_080908.pdf
 
Prévention des chutes chez la personne âgée, CSD, Solidaris mutualité
http://bienvivrechezsoi.be/filemanager/file/27bis%20-%20Solidaris%20Li%C3%A8ge%20-%20Pr%C3%A9vention%20des%20chutes%20-%2020111025.pdf
 
Vous POUVEZ éviter les chutes ! Agence de la santé publique du Canada
http://www.phac-aspc.gc.ca/seniors-aines/publications/public/injury-blessure/prevent-eviter/index-fra.php
 
Rester à la maison le plus longtemps possible. Comment faire en pratique ? Fondation Roi Baudouin
http://bienvivrechezsoi.be/filemanager/file/16bis%20-%20Fond%20Roi%20Baudouin%20-%20Rester%20%C3%A0%20la%20maison%20le%20plus%20longtemps%20possible%20-%2020111020%20.pdf