La loi sur l’euthanasie : une loi encore trop peu connue

Dans le journal Le Soir du jeudi 11 décembre, le Docteur Philippe Mahoux, Chirurgien, Sénateur, chef du groupe PS au Sénat, revient sur la loi relative à l’euthanasie votée en 2002.
 
Ce que retient le Dr. Philippe Mahoux plus de 12 ans après le vote de la loi, c’est avant tout que cette loi n’est pas assez connue de la population belge. « Il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’améliorer l’information des patients et des médecins quant au contenu des lois encadrant les situations de fin de vie, des soins palliatifs à l’euthanasie, pour éviter des interprétations erronées ».
 
Ce manque d’information s’explique notamment par le fait que toutes les régions du pays ne sont pas sur le même pied d’égalité concernant les informations relatives à la loi sur l’euthanasie. En effet : « On sait aussi que la loi est d’application inégale sur le territoire belge. Il est des régions où il est plus difficile que dans d’autres d’obtenir tant de l’information qu’une réponse médicale à sa demande ».  Il faut donc, selon le Sénateur socialiste  « faire en sorte que les droits des patients, y compris les demandes relatives à la fin de vie, puissent trouver une réponse médicale de qualité partout sur le territoire, et dans toutes les institutions ».
 
Espace Seniors profite de cette intervention pour rappeler sa campagne d’information menée en 2013 à propos de l’euthanasie chez les seniors ainsi que la réédition de la brochure  «La loi dépénalisant l’euthanasie» de la Mutualité Socialiste. Celle-ci est disponible gratuitement sur demande et est également téléchargeable sur le site.
 
La complexité des démarches est également incriminée. L’objectif serait ici d’aboutir à une déclaration anticipée sur le modèle d’un testament. « Il faut aussi que le recours à la déclaration anticipée puisse être simplifié, et que cette déclaration soit calquée sur le principe d’un testament : une fois établie, elle resterait valable tant qu’elle n’est pas révoquée » estime le Dr. Mahoux.
Pour l'instant, une déclaration anticipée d'euthanasie doit être renouvelée tous les 5 ans.
 
 
Enfin, le Dr. Philippe Mahoux évoque la relance d’un débat sur l’euthanasie, notamment en ce qui concerne les personnes majeures atteintes de certaines maladies. « La réflexion doit se poursuivre, pour évaluer dans quelle mesure la loi peut apporter une réponse à la situation de personnes majeures conscientes mais incapables d’exprimer une volonté éclairée, et notamment les personnes atteintes de maladies mentales dégénératives ».
 
Espace Seniors salue bien évidemment cette sortie médiatique et soutient l’ensemble des idées émises par le Docteur Philippe Mahoux.
 
Source : Journal Le Soir, jeudi 11 décembre 2014