Vous reprendrez bien un peu de musique ? De l’intérêt d’inclure la musique dans la prise en charge des aînés en maison de repos (Partie 1) (2015)

La musique est présente dans toutes les cultures et nous accompagne tout au long de notre existence. Bien au chaud dans le ventre maternel, le bébé mémorise la musique, préfère la voix chantée plutôt que parlée. A « l’autre extrémité », il n’est pas rare d’entendre une personne âgée fredonner, chanter un air « démodé ». La musique accompagne et grave tous les moments de notre vie, qu’ils soient heureux ou malheureux.

La musique et la santé entretiennent des relations étroites depuis la nuit des temps. Dans l’Antiquité déjà, on donnait à la musique le pouvoir de guérir. Ainsi, chez les grecs, il existait des « musicothérapeutes » qui jouaient « sur l’humeur et les humeurs en utilisant des instruments, des rythmes, des sons… »1. De même, sur les pyramides d’Egypte, on peut trouver des dessins qui traduisent la puissance de la musique pour lutter contre les effets des morsures de serpent. Ou encore en Amazonie où la musique est utilisée pour éloigner les prédateurs.

Les vertus « médicinales » de la musique sont donc vantées depuis des siècles et nul ne pourrait contredire que la musique nous apaise, nous détend… bref elle « adoucit les mœurs » mais pas uniquement… En effet, depuis quelques années, les neuropsychologues du monde entier s’accordent à dire que le pouvoir de la musique ne s’arrête pas là…

Analyse: Vous reprendrez bien un peu de musique ? De l’intérêt d’inclure la musique dans la prise en charge des aînés en maison de repos (Partie 1)  (PDF)