(Dé)prescription en maison de repos : Pas de médicaments mais du vin, des câlins et de la morphine ?

Nous avons participé cette année au voyage d’étude organisé par vie@home en Bourgogne. Lors de son exposé, le médecin-écrivain Luc Perino a exprimé une position assez radicale sur la surmédicalisation des patients âgés ainsi que sur le rôle du médecin en maison de repos : après 75 ans, « des caresses, de la morphine, pas de benzos, pas de chimio…Si les médecins admettent l’idée qu’à partir d’un certain moment, le mieux est de…ne plus faire son job…un médecin en maison de retraite, c’est en somme anachronique. ». 

Suite à cela, nous avons voulu connaître l’opinion d’un médecin coordinateur en maison de repos (MR) qui faisait également partie de ce voyage d’étude. Le Docteur Leslie Mathonet, médecin coordinateur de la MR du CPAS « Anne Sylvie Mouzon » à Saint-Josse, a accepté d’être interviewée et de témoigner sur sa pratique quotidienne.

Dans cette analyse, nous aborderons la question de l’importance de l’utilisation rationnelle des médicaments chez les résidents en MR ainsi que les limites éventuelles au moment de la mise en pratique sur le terrain. Nous souhaitons ainsi donner des pistes de réflexion aux personnes qui s’interrogent à ce sujet...

 

Analyse : (Dé)prescription en maison de repos : Pas de médicaments mais du vin, des câlins et de la morphine ?  (PDF)