Se soigner moins cher (2015)

Maladies d’hiver ou d’été, maladies chroniques, accidents, faiblesses passagères, bobos… se soigner coûte cher ! Grâce à la Sécurité sociale, une grande partie des frais liés aux soins de santé est remboursée, mais une partie reste encore à charge du patient.
 
Il existe des mesures et avantages spécifiques qui permettent de réduire la facture des soins de santé. Les connaissez-vous ? Que pouvez-vous faire pour vous soigner moins cher ?

1. Ouvrez un dossier médical global (DMG)
Le dossier médical global (DMG) est un dossier médical géré, à votre demande, par votre médecin généraliste. Il regroupe toutes les informations (prises de sang, radiographies, vaccinations, hospitalisations, etc.) relatives à votre santé. Tout le monde, quel que soit l'âge, peut demander l'ouverture d'un DMG. Ouvrir un dossier médical global ne vous coûte rien. Les frais d’ouverture d’un DMG (28,15€) sont totalement remboursés par votre mutualité.
 
5 avantages
  • Votre médecin centralise toutes vos données de santé, y compris celles qui viennent des autres prestataires de santé. Il a une vision complète de votre état de santé.
  • Les examens superflus, les traitements doubles sont évités puisque tout est consigné dans le DMG.
  • Vous bénéficiez d'une réduction de 30% du ticket modérateur pour les consultations effectuées par le médecin généraliste qui détient votre DMG. Cette réduction de 30% est aussi accordée sur les visites à domicile pour les 75 ans et plus, les bénéficiaires « malade chronique » ou bénéficiaire d'un forfait pour soins palliatifs à domicile.
  • Vous bénéficiez d'une réduction de 5 euros sur les consultations des spécialistes chez qui ce généraliste vous envoie.
  • En tant qu'affilié à La Mutualité Socialist-Solidaris, vous bénéficiez de l'avantage complémentaire santé : des remboursements plus élevés de vos consultations chez le médecin généraliste, mais aussi chez les spécialistes. Et, pour les moins de 18 ans, les soins sont même totalement remboursés !
2. Consultez d'abord un médecin généraliste avant un spécialiste
Si vous êtes un assuré ordinaire, couvert par un DMG et êtes envoyé par votre médecin généraliste chez un spécialiste, votre ticket modérateur sera diminué de 5€. Cette mesure a pour but de valoriser le rôle central du médecin généraliste tout en diminuant le nombre de consultations inutiles ou prématurées chez le spécialiste (et plus coûteuses pour la collectivité). Cette mesure s’applique une fois par an, par type de spécialité.
 
3. Consultez un médecin conventionné
Les médecins qui s'engagent à respecter les tarifs officiels sont dits "conventionnés". Les "non conventionnés" sont libres de fixer leurs propres tarifs. Conséquence : une consultation chez un généraliste non conventionné risque de vous coûter (beaucoup) plus cher que si vous aviez consulté un médecin conventionné. Le remboursement de votre mutualité, lui, est fixe. Les surplus d'honoraires seront entièrement à votre charge. Attention : un médecin peut être partiellement conventionné, par exemple à l'hôpital mais pas à son cabinet privé. Soyez vigilants !

4. Réclamez votre statut BIM ou Omnio
Si vous disposez de revenus modestes ou si votre statut social est précaire, vous avez peut-être droit, sous certaines conditions, à une intervention plus importante ("majorée") de la mutualité dans le coût de vos soins de santé (consultations, médicaments, hôpital).
 
Le statut BIM (bénéficiaire de l'intervention majorée, ex-VIPO) concerne certaines catégories de personnes : les bénéficiaires du revenu d'intégration sociale, de la GRAPA ; les pensionnés, les invalides, les veufs, les orphelins, les chômeurs de longue durée, etc.

Le statut Omnio concerne toutes les personnes et les ménages ayant de faibles revenus, qui n'entrent pas dans la catégorie des BIM. Il est accordé uniquement sur base des revenus annuels bruts imposables de l'année précédant la demande.
 
5. Achetez les médicaments les moins chers
Au rayon "médicaments", il est vraiment possible de faire des économies. Un bon médicament n'et pas nécessairement un médicament cher, cela devrait même être le contraire : un bon médicament est un médicament qui marche bien ET qui ne coûte pas trop cher.
 
Pour de nombreux médicaments (prescrits ou en vente libre), il existe souvent une alternative aussi efficace mais meilleur marché. Demandez donc expressément à votre médecin de vous prescrire un médicament générique (ils sont au minimum 30% moins cher que le médicament de marque) ou d'indiquer la DCI (Dénomination Commune Internationale, « le vrai nom du médicament») sur l'ordonnance.