Quelques conseils pour différencier l’arthrose de l’arthrite

L’arthrose et l’arthrite sont deux formes très fréquentes de rhumatismes qui touchent les articulations. Elles n’ont pas la même origine ni les mêmes symptômes. En effet, ces maladies n’ont rien en commun sauf le fait d’être des pathologies chroniques qui nécessitent une vraie stratégie de prise en charge à long terme. Mieux comprendre ces différences permet donc de mieux agir et gérer ces affections.
 
Quelles sont les articulations atteintes ?
Les articulations les plus fréquemment touchées par l’arthrose sont celles de la hanche, du genou, des mains et de la colonne vertébrale. Généralement, une seule articulation est atteinte. Dans l’arthrite, plusieurs articulations sont généralement atteintes et ce de façon symétrique. Cette maladie touche principalement les mains et les pieds et parfois l’épaule et les vertèbres.
 
Quelles sont les causes ?
Chaque articulation est recouverte d’un cartilage qui garantit le glissement et la mobilité sans douleur. Dans les cas d’arthrose, ce cartilage présente des signes d’usure et il perd ses fonctions de glissement et d’amortissement, ce qui rend le mouvement douloureux.

Dans les cas d’arthrite, on constate une inflammation de la membrane qui enveloppe l’articulation (membrane synoviale). C’est-à-dire que dans cette affection l’origine n’est pas mécanique mais inflammatoire. La forme la plus courante d’arthrite inflammatoire est l’arthrite rhumatoïde. Dans ce cas-là, l’inflammation est causée par un dérèglement du système auto-immunitaire menant à la fabrication des anticorps qui se dirigent contre certaines structures de notre propre organisme.
 
Quels sont les signes et les symptômes ?
La douleur de l’arthrose est de type mécanique : l’articulation devient douloureuse lors qu’elle est utilisée pour réaliser des mouvements d’effort ou répétés. Elle peut être raide, spécialement au réveil ou après une période d’immobilité. Au fils du temps, l’articulation peut également présenter des crépitements et se déformer.

Quant à la douleur liée à l’arthrite, elle se manifeste surtout au repos et de façon permanente. Elle réveille même les personnes atteintes durant la nuit. D’autres aspects cliniques comme le gonflement, et la perte de mobilité et de force s’ajoutent à la douleur. La raideur est maximale le matin et lorsque la personne reste longtemps immobile. Elle peut durer parfois plus d’une demi-heure.

Quelle est l’âge d’apparition ?
Environ 40% des personnes âgées de plus de 65 ans souffrent d’arthrose tandis que chez les moins de 45 ans, seulement 3% en souffrent.
Contrairement à l’arthrose, l’arthrite n’est pas liée à l’âge et elle peut survenir chez les plus jeunes. Quant à l’arthrite rhumatoïde, elle touche surtout les femmes entre 30 et 50 ans.
 
Quel est le traitement ?
La kinésithérapie peut jouer un rôle important aussi bien dans les cas d’arthrose que dans ceux d’arthrite. Dans ces deux formes de rhumatisme, la rééducation fonctionnelle permet de protéger les articulations et de réduire les conséquences de la maladie grâce à des techniques d’entretien de la mobilité, d’assouplissement, de diminution de l’intensité des douleurs, etc.

En ce qui concerne le traitement médicamenteux, les antiinflammatoires sont souvent prescrits pour les deux rhumatismes afin de contrôler les symptômes, notamment l’inflammation.

Afin d’atténuer la douleur et l’inflammation, l’arthrose peut aussi être traitée par des anti-arthrosiques comme le sulfate de glucosamine ou par des injections de corticoïdes ou d’acide hyaluronique.

Quant à l’arthrite, on peut la traiter avec du méthotrexate afin de ralentir son évolution. Ce médicament fait partie de la catégorie des antirhumatismaux modificateurs de la maladie. Dans les formes réfractaires et d’origine auto-immune, on peut prescrire un traitement que l’on appelle biothérapie. Il consiste à ajouter des agents biologiques, c.à.d. des anticorps synthétiques qui agissent sur le système immunitaire et se dirigent spécifiquement contre les molécules ou les cellules suspectées de déclencher l’inflammation.
 
Peut-on continuer à pratiquer une activité physique ?
Même si certaines adaptations sont nécessaires, l’activité physique est belle et bien recommandée dans ces deux formes de rhumatismes :
  • Pratiquez régulièrement une activité physique adaptée.
  • Evitez l’excès de poids car il entraine une surcharge pour les articulations.
  • Discutez-en toujours avec votre médecin au préalable.

L’arthrose et l’arthrite sont des pathologies chroniques mais il est possible de prendre des mesures pour mieux vivre avec ces rhumatismes
 
Parlez-en avec votre médecin généraliste, il pourra coordonner la prise en charge et :

- Vous orienter, si nécessaire, vers des spécialistes (kinésithérapeute, spécialiste en médecine physique, rhumatologue,…).
- Confirmer votre diagnostic.
- Vous donner son avis sur les traitements existants et si nécessaire, vous les prescrire.
- Vous conseiller une activité sportive adaptée.
- Vous guider dans la mise en place d’autres aides comme l’adaptation de votre habitat.
 
Références
L’arthrose [en ligne]. Disponible sur http://www.mongeneraliste.be/nos-dossiers/74-larthrose (consulté le 22.05.2014).
L’arthrose [ en ligne]. Disponible sur  http://www.bcru.ulg.ac.be/arthrose.html (consulté le 22.05.2014).
Henrotin, Y., Marty, M., Appelboom, T., Avouac, B., Berenbaum, F., Briole, V., et al. (2009). Traduction française des recommandations de l’Osteoarthritis Research Society International (OARSI) sur la prise en charge de la gonarthrose et de la coxarthrose. Revue du Rhumatisme 76, 279-288.
Arthrites [ en ligne]. Disponible sur http://www.arthrites.be  (consulté le 23.05.2014).
 
Autres sites d’information
Belgian Royal Society for Rheumatology : www.srbr.be
Confédération pour la Lutte contre les Affections Inflammatoires Rhumatismales :  www.clair.be