L’avancé en âge ne protège pas du suicide, que du contraire

Un grand nombre de personnes âgées mettent fin à leurs jours en Belgique. Alors que le suicide des jeunes est un sujet souvent abordé notamment dans les médias, le suicide de nos aînés reste trop souvent occulté ou justifié par une maladie invalidante. En effet, en Belgique, le suicide est la première cause de mortalité chez les personnes de 25 à 34 ans, et la deuxième cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 24 ans après les accidents de la route. Cependant, le risque suicidaire augmente avec l’âge. Ainsi, les personnes âgées de plus de 70 ans représentent la population la plus à risque de décès par suicide par rapport aux autres tranches d’âge. De plus, les hommes sont trois fois plus touchés que les femmes par la problématique du suicide, et ce à tous les âges. Dès lors, les hommes de plus de 80 ans démontrent le plus grand risque de décès par suicide.
 
Ce taux élevé de suicide chez les seniors suggère une influence des processus biologiques et/ou psychologiques liés au vieillissement tels que des pertes (deuil, veuvage, etc.), l’isolement (affectif et social), des déclins physiques (déficience visuelle, etc.), des maladies chroniques, (cancer, maladie d’Alzheimer, etc.) et des troubles psychologiques (dépression, etc.) provoquant une diminution de la qualité de vie et de l’autonomie.
 
En conclusion, tout comme les jeunes et les adultes, le geste suicidaire des seniors témoigne d’une grande souffrance psychique nécessitant aide et soutien. Il importe également de tenir compte des stéréotypes âgistes qui influencent, de manière consciente ou non, notre comportement à l’égard des aînés. Ces observations permettent donc de prendre conscience de cette triste réalité et de l’importance d’être attentif au bien-être des personnes âgées.

Contact utile :
« Un pass dans l’impasse »
Centre de prévention du suicide et d’accompagnement
081/777.150 • info@lesuicide.be