Aspects économiques

Vincent Vandenberghe est professeur d’économie capitaliste à l’UCL. L’objet de sa conférence : les barrières à l’emploi au-delà de 50 ans.

Selon lui, le vieillissement de la population va engendrer des coûts pour la collectivité en santé et en pension. https://youtu.be/M_ZiiWUCOPc (Vidéo YouTube)

Pour faire face à ces coûts, il s’inquiète de voir que les politiques n'agissent que sur l’offre de travail (les travailleurs) et non sur la demande. https://youtu.be/bfV1w_hB_z4 (Vidéo YouTube)

Effectivement, les décisions gouvernementales veulent augmenter l’âge de la retraite et freiner son accès de manière anticipée, ce qui va augmenter le nombre de personnes « actives » sur le marché du travail alors qu’on constate que les employeurs n’en font pas la demande. Pour être bref, ces derniers ne sont pas attirés par les travailleurs âgés. Pourquoi ?

Vincent Vandenberghe nous dresse les barrières à l’emploi du côté de la demande (des employeurs productivistes) :

1) L’horizon : un nouvel engagé âgé a un temps d’horizon dans l’entreprise moins élevé qu’un jeune. C’est moins rentable car les ressources qu’il aura acquises au fil du temps resteront moins longtemps dans l’entreprise.

2) L’expérience acquise dans un ancien job est parfois difficilement transposable d’un travail à l'autre, d’où la difficulté pour les chômeurs âgés de retrouver un emploi.

3) Vincent Vandenberghe montre un graphique selon lequel l’indice de « productivité-horaire » a tendance à baisser au fil de l’âge. https://youtu.be/59HPEibCwwE (Vidéo YouTube)

Selon cet économiste, il faudrait agir sur plusieurs dimensions :
1) Faire reculer le temps de l’horizon
2) Valoriser les compétences des travailleurs âgés
3) Améliorer le ratio productivité-compétence/coût salarial via :
- La formation continue
- Une meilleure ergonomie https://youtu.be/ip8z670xMpQ (Vidéo YouTube)
- Un tax shift (diminution des cotisations sociales de l’employeur directement versées à l’employé en fin de carrière)
- Amoindrir la progression des salaires liée à l’ancienneté

Cette dernière se cible essentiellement sur une analyse de l’offre (de travail) par rapport à la demande (de main d’œuvre) et s’interroge nullement sur une réalité : les inégalités économiques sont en augmentation. En faisant ce constat, ne sommes-nous pas en droit de nous demander pourquoi les experts économistes ne réfléchissent-ils pas à des systèmes qui permettent une meilleure répartition des revenus entre riches et pauvres?

La question reste ouverte... 

Retrouvez l'intégalité de la présentation de Vincent Vandenberghe via ce lien : https://youtu.be/8avv5COjOwQ (Vidéo YouTube)