Pourquoi ce site ?

La répartition des âges dans notre société s’est largement transformée ces dernières années. Le vieillissement de la population se fait sentir et les structures de la société doivent s’adapter à ce contexte. En Belgique, les « plus de 45 ans » représentent plus de 40% de la population. L’importante représentation de ce groupe d’âge modifie considérablement le paysage de notre société ainsi que celui du marché de l’emploi.

Les politiques européennes et nationales tendent à défendre une place de plus en plus importante des personnes âgées de plus de 45 ans sur le marché de l’emploi.

En 2012, l’Union européenne s’est fixée comme objectif d’encourager et de soutenir les Etats membres à stimuler le vieillissement actif tout en préservant la solidarité entre générations et en valorisant le potentiel des plus âgés.

Pour répondre à cette volonté, la Belgique s’est dotée d’une législation forte. Elle a pour objectif de promouvoir la création d’un plan d’emploi pour les travailleurs âgés en vue d’engager ou de maintenir les travailleurs de plus de 45 ans sur le marché de l’emploi.

Malgré cela, les travailleurs âgés sont victimes de discriminations ayant de sérieuses répercussions sur leur employabilité ou leur souhait de rester en emploi. Les chômeurs de ce groupe d’âge peinent à trouver de l’emploi ce qui n’est pas sans impacts sur leur identité.

En Belgique, la discrimination liée à l’âge lors du recrutement ainsi que sur le lieu de travail est très courante et assez banalisée. Comme si l’âge n’était pas un critère aussi important à respecter que le sexe ou l’appartenance culturelle.
Il est difficile pour les seniors de se faire une place dans le monde du travail. Pourtant, leur place y est très importante. L’expérience des seniors n’est de nos jours pas assez valorisée. Le baromètre de la diversité Emploi du Centre pour l’Egalité des Chances pointe, en septembre 2012, que seule une organisation sur 3 déclare investir dans la formation des personnes de plus de 45 ans ; un Belge sur 3 pense qu’une entreprise qui occupe principalement des travailleurs « âgés » sera moins performante… 

Comment sortir de ce paradoxe dans lequel : d’une part on nous demande de promouvoir l’emploi des plus de 45 ans, et d’autre part l’image des travailleurs âgés n’a jamais été autant en proie à des préjugés et des stéréotypes dévalorisants ?

Ces discriminations ne sont évidemment pas sans conséquences sur la santé autant physique que psychologique des demandeurs d’emploi et travailleurs seniors. Les taux de maladie-invalidité augmentent dans ce groupe d’âge et pour une durée rallongée également. Est-ce la santé publique qui décline ou faut-il questionner la pénibilité des conditions de travail ?


En 2025, l’âge de la retraite sera possible dès 66 ans, en 2030, dès 67 ans. Cela ne me parait très réaliste et pas du tout en raccord avec les réalités du terrain.  On est en train de parler de durée, comme si tous les citoyens étaient les mêmes. C’est la notion de carrière qui est importante dans ce débat.  Pour le réseau Solidaris, il est important d’améliorer de manière significative les conditions de travail des seniors. De nos jours, les gens sont de plus en plus corvéables à merci : ils doivent le plus souvent travailler de longues heures, être disponibles tout le temps. Le monde du travail évolue en ce sens et cela engendre évidemment beaucoup de stress. En réduisant le temps de travail HEBDOMADAIRE et non pas l’âge de la retraite, le nombre de burn out et de maladies mentales en général, en constante augmentation, serait réduit. Nous mettons toutes nos forces pour améliorer le bien-être des citoyens, de tous les citoyens.

En tant qu’acteur social et citoyen, nous refusons de laisser ces phénomènes dans l’ombre. C’est pourquoi nous lançons en 2015 notre campagne « Travailler après 45 an… Des mythes à la réalité ! ». 


Les objectifs de cette campagne sont les suivants :
- Informer les employeurs et responsables RH quant à la législation et les aides en matière d’emploi des plus de 45 ans
- Lutter contre la discrimination et les représentations sociales négatives des travailleurs âgés
- Valoriser les compétences des travailleurs de plus de 45 ans et de contrer l’argument économique
- Faire prendre conscience des conséquences des discriminations à l’emploi des seniors sur le taux de maladies-invalidité et parallèlement du coût pour la collectivité

Solidaris et Espace Seniors veulent ouvrir un débat pour mettre un peu de lumière sur ces discriminations de l’ombre, mieux les comprendre pour mieux les maitriser et dégager des pistes de revendications politiques.
Dans le cadre de cette campagne, nous avons organisé une journée de réflexion pluridisciplinaire à destination des travailleurs âgés ou en recherche d’emploi, des professionnels des milieux syndicaux, de l’insertion professionnelle et des ressources humaines. Lors de cette journée, différents intervenants sont venus nous faire état de leur expertise théorique et de terrain :

- Bruno Martens (Centre pour l’Égalité des Chances)
- Nathalie Denies (Centre pour l’Égalité des Chances)
- Vincent Vandenberghe (Economiste UCL)
- Stéphane Adam (Psychologue Ulg)
- Patrick Brasseur (Cellule Lutte Contre les Discriminations – CEPAG)
- Roland (Chômeur discriminé à cause de son âge)
- Michel Muller (Médecin du travail - Arista)
- Laurent Nisen (Sociologue Ulg)

Vous n’avez pas pu participer au colloque mais la thématique vous concerne et/ou vous intéresse ? Nous vous invitons à prendre connaissance de chaque intervention à travers de courtes capsules vidéo. Pour aller plus en profondeur dans les détails, vous pourrez également visualiser l’entièreté de chaque conférence.