Vieillir en Belgique, points de vue d’ici et d’ailleurs

Lors de la Journée internationale des personnes âgées, le 1er octobre dernier, nous avons présenté à notre public : personnel soignant, directeurs de maison de repos, seniors, travailleurs du milieu associatif… « Le petit caillou », un documentaire reprenant les témoignages de personnes vieillissantes d’origine étrangère. Toutes habitent en Belgique depuis belle lurette et se sentent parfaitement belges et intégrées dans notre société.

Lors du débat qui a suivi la projection du film, de nombreuses questions ont été posées. D’une part, à propos des maisons de repos dans lesquelles, apparemment, peu de seniors ont envie d’habiter et d’autre part, à propos des soins à domicile qui ne sont pas toujours bien connus et valorisés.

Peu après, afin de débroussailler toutes ces questions et récolter les besoins des seniors d’ici ou d’ailleurs, nous avons projeté le film à différents publics. Tout d’abord à la Maison Biloba, lieu de rencontres et lieu de vie pour seniors précarisés à Schaerbeek et ensuite, aux volontaires d’Espace Seniors, qui lisent pour les enfants en difficulté ou pour les personnes très âgées en maison de repos.

Une rencontre multiculturelle à Schaerbeek

Une dizaine de personnes étaient présentes pour visionner le documentaire à la Maison Biloba. La plupart sont originaires du Congo ou du Rwanda ; l’un d’entre eux est né au Maroc.
Les seniors congolais expliquent qu’ils sont arrivés en Belgique avec un visa étudiant en poche. Ils ne pensaient pas rester mais la vie en a voulu autrement. Maintenant qu’ils vieillissent, ils souhaitent demeurer ici près de leurs enfants et soulignent que le système de soins de santé est performant. Ils insistent sur le fait qu’au Congo, il n’existe pas de mutuelle.
L’un deux raconte : « J’ai été très malade au Congo, on m’avait annoncé une fin de vie imminente. J’ai été rapatrié par une assurance payée par mes enfants et je suis toujours là car en Belgique, les soins sont très bons. »
Pour une habitante rwandaise, vieillir en Belgique est une évidence pour son côté multiculturel mais aussi pour les soins de santé : « Je ne pourrais pas vivre au Rwanda ou aux Etats-Unis où sont mes filles, je veux mourir ici. »
Tous insistent sur le fait qu’en Afrique, les vieillards vivent dans leur famille mais qu’en Belgique, c’est plus compliqué. Le senior peut avoir l’impression d’être une charge pour ses enfants malgré les traditions du pays d’origine.
Pour l’un d’entre eux, « le Congo veut copier l’Europe et créer des maisons de repos. C’est difficile, les vieux ne s’y habituent pas, quand ils y entrent, ils voient la mort. »
Nos témoins insistent : « En Afrique, les vieux sont des bibliothèques vivantes, notre culture est orale.»

Lire l'article

Cet article vous intéresse ? Accédez à la version PDF pour lire la suite !