Le VIH/SIDA touche de plus en plus de seniors

« Il faut en parler et dire qu’on sait l’attraper à chaque âge, à tout moment, à chaque rapport ».

« Je vis au jour le jour, je ne fais pas de projet. Je l’ai dit à 2-3 hommes, j’ai été honnête, j’ai été sincère. Ils m’ont demandé pourquoi il fallait employer le préservatif, j’ai dit bon, je suis séropositive alors bon en employant le préservatif, il n’y a pas de problème ! Ah non et ils sont partis ».

« J’avais honte, je ne voulais le dire à personne. J’ai attendu 2 ans avant de le dire à ma meilleure amie. Je ne l’ai pas dit à ma famille. J’ai longtemps gardé ça pour moi. Pendant 2 ans, j’ai vécu dans l’angoisse. Je ne sais plus sourire, je ne sais plus rigoler, je n’ai plus goût à la vie comme avant ».

Belgique, Angleterre, France, Italie, Etats-Unis, partout le constat est le même : le nombre de personnes de 50 ans et plus contaminées par le VIH/SIDA ne cesse d’augmenter. Cette population représentait, en Belgique, plus de 16% des diagnostics en 2014 devant les personnes âgées de 15 à 24 ans ! Et pourtant, lorsque l’on se penche un peu plus sur le sujet, les informations sont rares. Encore plus étonnant : bien que les chiffres soient à la hausse dans de nombreux pays, on ne voit pas une seule campagne de prévention destinée aux seniors.

Pourquoi cette augmentation ? Quelles sont les conséquences du VIH/SIDA chez les seniors ? Pourquoi n’en parle-t-on pas ? Espace Seniors a tenté de trouver des réponses à ces différentes interrogations et formule des recommandations.

VIH/SIDA… De quoi parle-t-on ?

Tout d’abord, afin de mieux cerner la problématique, il est important de bien comprendre la différence entre VIH et SIDA.

Le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) est un virus qui va utiliser certaines cellules coordonnant le système immunitaire pour se répliquer et progressivement les détruire. Ce virus va, au fil du temps, affaiblir le système immunitaire et le rendre plus disposé à contracter d’autres maladies appelées « maladies opportunistes » car elles profitent de la diminution de l’immunité pour se développer. Une personne est dite séropositive lorsque celle-ci est infectée par le VIH. On dira d’une personne qu’elle est atteinte du SIDA (Syndrôme d’Immunodéficience Acquise) quand elle sera au stade le plus avancé du VIH et que son système immunitaire sera trop faible pour combattre ces « maladies opportunistes ».

Le VIH/SIDA ne se guérit pas mais se soigne : le traitement antirétroviral (TAR) a toute son importance car il va jouer un rôle critique pour stopper la réplication du VIH et ainsi éviter le stade du SIDA.

Lire l'article

Cet article vous intéresse ? Accédez à la version PDF pour lire la suite !