Déconfinons la GRAPA ! Les défenseur·euse·s des seniors en pauvreté se mobilisent devant le cabinet de la Ministre des Pensions

 

 

Alors que la société commence à se déconfiner, les contrôles de la résidence des bénéficiaires de la GRAPA – complément à la pension octroyé aux personnes de plus de 65 ans dont les revenus sont trop faibles pour assurer leur subsistance (+/- 110 000 personnes) – pourraient bientôt reprendre ce qui relancerait leur quasi-assignation à résidence.

Actuellement, seuls 29 jours de séjour en dehors de la Belgique sont permis aux bénéficiaires de la GRAPA. Violaine Wathelet (Enéo) et Ermelinde Malcotte (Espace Seniors) dénoncent : “Les contrôles, réalisés par des facteurs, empêchent les personnes de quitter leur domicile plus de quelques jours si elles veulent éviter tout risque de retrait de leurs allocations”

Le jeudi 27 mai à 11h00, suite à l’appel de plus 40 organisations (associations, mutualités, associations professionnelles de défense des indépendants et syndicats), les ligues des droits humains et associations de défense des seniors, un rassemblement a eu lieu devant le cabinet de Karine Lalieux, la Ministre des Pensions et de l’Intégration sociale, et appellent le Gouvernement De Croo à déconfiner la GRAPA. Delphine Schedin (OKRA) : “Les personnes bénéficiant de la GRAPA sont confinées chez elles alors que la société se déconfine. Ils et elles sont isolée·e·s et sous pression. Cette situation est inacceptable”. 

Les organisations ont formulé trois demandes pour une réforme de cette allocation :

  • La prolongation de la suspension des contrôles tant que l’ensemble de la procédure n’aura pas été réformée pour éviter le retour à un quasi-confinement perpétuel des seniors en pauvreté ;
  • Une réforme qui ne pas se limite pas à augmenter le nombre de personnes exemptées de contrôle, mais modifie en profondeur la procédure pour toutes les fois où elle s’appliquerait. Les grapistes ne sont pas des fraudeurs en puissance : l’an dernier, à peine 0,95% des personnes contrôlées avaient reçu une sanction “justifiée” parce que possiblement en non-respect des règles , d’après le Service fédéral pension. Ces contrôles n’en valent pas la peine. Une vérification administrative simplifiée par le biais du Registre national doit pouvoir être étudiée  ; 
  • L’augmentation de la durée de l’autorisation de séjour à l’extérieur de la Belgique, d’à peine 29 jours actuellement, qui est discriminatoire par rapport à d’autres aides sociales et brime, particulièrement pour des femmes, les possibilités de voir ses enfants résidant à l’étranger.

    Selon la ministre des Pensions, Karine Lalieux, une réforme serait en préparation.  

Découvrez l'article du Standaard

Cet article vous intéresse ? Accédez à la version PDF pour lire la suite !